Les sept péchés mortels de l'audit selon Richard Chambers.

Pour ce nouvel article de la catégorie "le métier d'auditeur interne", j'ai pensé intéressant de vous partager une réflexion de Richard Chambers, président de the Institute of Internal Auditors (IIA) au sujet des facteurs d'échec dans la pratique du métier d'auditeur interne. Richard Chambers expose dans son article "7 deadly internal audit sins" ou "les 7 péchés mortels de l’audit", les erreurs portant un coup fatal à la crédibilité et la réputation de l’audit interne dans l'organisation. Voici donc un résumé des sept péchés capitaux de l'audit...:

  • Péché n°1 : diffuser un rapport d’audit erroné : peu importe au fond qu'une erreur soit volontaire ou non pour le président de l'IIA, puisque le résultat sur l'image de l'audit interne sera le même: la crédibilité de la fonction sera fortement remise en cause et cela jettera un voile de suspicion sur l’ensemble de ses travaux passés, actuels et futurs…

  • Péché n°2 : produire des documents de travail incomplets et /ou erronés : cela constitue évidemment une faute de la part de l’auditeur interne concerné, la documentation rigoureuse des travaux d’audit étant une composante essentielle du processus d’audit.

  • Péché n°3 : Perdre son sang-froid lors d'une mission d'audit : les auditeurs internes sont très exposés dans l’organisation et quelques fois peu appréciés pour des raisons loin d’être objectives dans la plupart des cas. Il est donc fondamental de savoir résister aux provocations tout en faisant preuve de caractère et de fermeté lorsque la situation le demande, sans pour autant faire montre d’agressivité.

  • Péché n°4 : auditer avec un agenda : auditer avec un but caché (vouloir mettre en cause / blanchir quelqu’un par exemple) constitue évidemment une violation grave des principes d’objectivité et d’indépendance.

  • Péché n°5 : trahir l'engagement de confidentialité envers les audités : je pense que c’est ici le principe le plus délicat à appréhender : l’auditeur interne doit avoir le discernement nécessaire pour comprendre quand reporter des informations confidentielles aux personnes adéquates (ce sujet fera l’objet d’un futur article sur le blog sur le principe de confidentialité).

  • Péché n°6 : ne pas respecter les procédures de l'organisation: les auditeurs internes doivent se montrer irréprochables et ne peuvent donc se comporter comme si les politiques de la société ne les concernaient pas.

  • Péché n°7 : émettre des rapports d’audit ne créant pas de valeur ajoutée : un rapport se contenant d’énumérer toutes les faiblesses recensées ou déjà reportées lors de précédents audits ne sera pas perçu comme créateur de valeur ajoutée. Il faut aussi proposer des recommandations susceptibles d’aider le management à atteindre ses objectifs.

Etes-vous d’accord avec les « 7 péchés mortels de l'audit» selon le président de l’IIA ? En citeriez-vous d’autres ?

© 2016, Parlonsaudit.com

ParlonsAudit® est une marque déposée / ParlonsAudit® is a registered trademark.